Mouvements étudiants : « Tout le monde sent qu’il y a un malaise dans la société »

Jacob Hamburger
17 May 2018

Gilles Texier est doctorant en histoire et enseignant à l’Université de Paris 1. Membre du Nouveau parti anticapitaliste, il a été impliqué dans le mouvement étudiant sur le site de Tolbiac: dans les Assemblées générales, les manifestations et l’organisation de la mobilisation. Cinquante ans après les révoltes et grèves de Mai 68, il discute avec Jacob Hamburger de la résonance historique de ces événements sur les mouvements étudiants actuels.

*

Quel a été votre engagement dans les mouvements étudiants récents ?

 

Je donne des cours en histoire médiévale à Tolbiac, alors j’étais confronté à ce qui se déroulait là-bas depuis le début de l’année. Il y avait des assemblées générales qui ne rassemblaient que quelques dizaines d’étudiants jusqu’au 22 mars, à partir duquel le mouvement a décollé—il y avait quelques centaines, puis cinq cents, puis huit cents, puis finalement mille cinq cents étudiants en assemblée générale. Le site de Tolbiac a été occupé et bloqué par les étudiants à partir du 26 mars, et il y avait en permanence des réunions où les gens préparaient les manifestations, discutaient de la sélection à l’université, et organisaient la vie à l’intérieur de la fac.

 

Pour ma part, j’y passais de temps en temps, pas nécessairement pour être dans la fac, mais aussi pour aller ailleurs, soit dans d’autres facs, soit pour discuter avec des cheminots ou des employés de l’hôpital.

 

Que considérez-vous comme les réussites et les échecs de cette occupation ?

 

Parmi les échecs, ou plutôt les difficultés, il y avait le problème d’organiser la vie interne de la fac. C’est dur de bloquer une fac et de vivre dedans. Je pense que beaucoup d’étudiants sont venus avec l’idée qu’en bloquant la fac, ils pourraient créer un espace ouvert, même aux gens de l’extérieur. C’était une idée symbolique : la sélection va fermer la fac à beaucoup de gens, alors il faut l’ouvrir à tous qui veulent. Evidemment c’est compliqué — est-ce qu’il faut vraiment ouvrir à tout le monde, et si oui à quelles conditions ? Et après, comment faire pour vivre dans la fac occupée ? C’est fatigant, car il faut surveiller en permanence et gérer les lieux.

 

Sur le plan positif, je pense qu’il y a eu des grandes réussites quand les étudiants se sont projetés vers l’extérieur. Il y avait des petites équipes qui sont allées distribuer des tracts aux autres facs et ils ont aidé à provoquer une grande assemblée générale à Paris 3, où les étudiants ont décidé de se mettre en mouvement. Après, des étudiants sont allés participer aux assemblées générales des gares où les cheminots étaient en grève, et aussi à des petites manifestations dans un hôpital à proximité.

 

Quel est le but du mouvement étudiant actuel ?

 

Le mouvement étudiant en général s’oppose au renforcement, ou bien l’officialisation de la sélection à l’université. Auparavant l’université exerçait une forme de sélection — on ne pouvait pas toujours accéder à la fac de son choix — mais en principe les étudiants avaient le droit de choisir leur formation. Avec l’introduction du système Parcoursup, c’est l’université qui va choisir ses étudiants. Ce changement va toucher beaucoup d’étudiants, et surtout dans les zones moins favorisées qui risquent de ne pas être sélectionnés. L’autre aspect du mouvement concerne des points assez techniques dans la loi Orientation et Réussite des Etudiants (ORE), qui va transformer le déroulement de la scolarité en licence.

 

Plus généralement, c’est le manque de moyens de l’université qui est dénoncé par les étudiants. Mais il y a quelque chose de plus politique — même si les étudiants sont moins politisés qu’en Mai 68 — qui dépasse simplement les revendications étudiantes. C’est une revendication contre le gouvernement, mais aussi une politisation de la jeunesse qui s’exprime dans le fait d’occuper un endroit, de créer un lieu alternatif. J’avoue que ce qui motive les étudiants est parfois assez flou. Il y avait assez peu de discussions sur la manière dont on allait gagner. Mais il y avait tout simplement le sentiment profond que c’était l’occasion de faire quelque chose pour que ça change.

 

On voit qu’il y a une inspiration très claire des mouvements étudiants de Mai 68. Mais il semble qu’une grande différence par rapport à il y a cinquante ans, c’est l’absence de critique culturelle chez les militants d’aujourd’hui. Il n’y a pas le même aspect de révolte contre l’autorité, ni le même esprit libertaire d’« il est interdit d’interdire ». Et si cette autorité s’incarnait autrefois en le Général de Gaulle, il y a certains aujourd’hui — dont Daniel Cohn-Bendit — qui caractérisent Emmanuel Macron d’un héritier de Mai 68. Est-ce que la révolte culturelle a perdu son importance pour les mouvements étudiants d’aujourd’hui, ou la voyons-nous sous des formes inédites ?

 

A mon avis, si Mai 68 était une révolte culturelle, c’était aussi une contestation de la société plus large, et surtout avec une forte composante « sociale ». Macron a peut-être revendiqué certains aspects de Mai 68 avant son élection. Mais aujourd’hui, plus personne n’y croit. Les jeunes en particulier — les gens mobilisés, bien entendu — associent à Macron l’image du flic. Ils pensent surtout à la répression policière de son gouvernement et à sa politique migratoire. Et puis il faut ajouter un troisième élément de son mandat, les cadeaux qu’il a fait aux riches. Il n’est pas du tout dans l’héritage de la révolte, et il est assez surprenant de voir à quelle vitesse cette image de « président jeune » s’est évanouie. S’il faut le décrire dans les termes de Mai 68, jugeant par la manière dont il répond aux contestations sociales, il est du côté des CRS.

 

Je pense qu’il y a un parallèle entre Mai 68 et aujourd’hui, en ce qu’aujourd’hui ce qui motive la contestation est une sorte de malaise assez vague visant toute la société. En 68, ce malaise était beaucoup plus organisé politiquement. La jeunesse avait ses partis, ses groupuscules d’extrême gauche, ses syndicats, etc., ce qui est beaucoup moins le cas aujourd’hui. La révolte aujourd’hui va dans tous les sens. Mais tout le monde sent qu’il y a un malaise dans la société.

 

Comment peut-on comprendre ce malaise ? Et comment cela s’exprime-t-il concrètement dans les mouvements étudiants ?

 

D’abord, il faut reconnaître que la manière dont s’exprime la révolte des jeunes a beaucoup changé depuis Mai 68. Quant à la sociologie des étudiants, il ne s’agit plus simplement de la petite bourgeoisie intellectuelle. Aujourd’hui, il y a de plus en plus d’étudiants qui viennent des milieux populaires, et beaucoup qui travaillent en même temps. Alors les slogans portent moins sur l’autorité que sur la précarité. C’est-à-dire l’absence d’avenir et la précarité des conditions de vie. Il y a peu de débouchés, et souvent il faut passer des années en stage avant de trouver un emploi.

 

Parmi les doctorants, pour prendre un exemple que je trouve révélateur, ce qui revient le plus dans nos discussions c’est l’absence de perspectives d’avenir. Pour ma part j’ai un salaire que je trouve correct, et j’ai un contrat de trois ans, alors je ne me considère pas comme un travailleur précaire, même si beaucoup de doctorants insistent pour dire qu’ils le sont. Mais ils ne mettent pas en avance comme leurs prédécesseurs de l’époque de Mai 68 l’autorité des « mandarins », c’est-à-dire les professeurs tout-puissants.

 

Pourquoi évoquer Mai 68 dans les mouvements aujourd’hui ? Que représente-t-il pour les militants étudiants ?

 

Mai 68, c’est la grève générale. C’est un rapport de force avec le gouvernement. C’est un mouvement étudiant qui crée une étincelle dans le monde ouvrier. En tout cas, c’est ce que représente Mai 68 pour moi. Est-ce que tout le monde le voit comme ça au sein de ces mouvements ? Je ne sais pas. Peut-être que pour certains Mai 68 représente tout simplement la révolte des jeunes, une révolte très vague. Ou peut-être c’est l’idée qu’il y a du commun entre les différents mouvements dans le pays. Mais c’est sûr que Mai 68 reste dans la tête de beaucoup des étudiants comme la date de la révolte de la jeunesse en France.

 

Quel rapport concret existe-t-il aujourd’hui entre les étudiants, les cheminots et les ouvriers ?

 

La première raison de ce rapport, c’est qu’il s’agit de la même politique contre laquelle on se bat, la même restriction budgétaire qui touche les universités, les hôpitaux, et le transport. Ce gouvernement a pour projet de casser des services publiques et de faire que les gens travaillent plus pour faire des économies. Et avec la suppression de l’impôt sur la fortune, l’on voit qu’il s’agit d’une politique qui vise à prendre aux pauvres pour donner aux riches. La deuxième raison, c’est qu’il s’agit d’un seul et même rapport de force. Macron est passé récemment à la télévision pour expliquer qu’il n’y a pas de convergence de luttes et donc pas de grève générale, il dit que ces mouvements sont isolés et le resteront. C’est aussi pourquoi il est déterminé à combattre les cheminots, un des secteurs les plus combatifs dans le monde du travail aujourd’hui : il veut faire montrer que personne ne peut lui résister (également pour la ZAD à Notre-Dame-des-Landes). La seule solution pour gagner, c’est de rompre cet isolement.

 

Aujourd’hui, on dit souvent que Mai 68 a réussi en tant que lutte sociétale ou culturelle, mais pas en tant que grève générale ou lutte sociale. Qu’est-ce qui pourrait faire en sorte qu’aujourd’hui ces mouvements réussissent là où ils ont échoué il y a cinquante ans ?

 

Comme en 68, il faut une grève générale pour obtenir ce qu’on veut. Cette grève en 68 n’a pas réussi, n’est pas allée jusqu’au bout, et ce pour diverses raisons. Il y avait par exemple la CGT et le PCF qui se sont décidés de négocier et donc d’arrêter la grève générale dès que possible. Aujourd’hui on n’est évidemment pas à ce point là, mais il n’y a pas pour le moment de forces politiques qui pourraient freiner le mouvement de la même manière. En revanche la CGT n’organise pas du tout la « convergence des luttes » dont elle parle, bien au contraire !

 

Qu’est-ce que cela veut dire, « aller jusqu’au bout » ? Est-ce que le discours révolutionnaire est en train de rentrer sérieusement dans le vocabulaire militant ?

 

Peut-être une petite minorité a en tête des grands changements politiques. Mais encore une fois, il y a  aujourd’hui peu d’idées précises sur les perspectives d’avenir, aussi bien sur les revendications et que sur la stratégie à adopter. C’est une grande différence avec Mai 68, où je pense que pour beaucoup des jeunes qui étaient dans la rue, « Révolution » voulait dire quelque chose que ce soit la décolonisation, la révolution russe, le maoïsme… Aujourd’hui, on sait qu’on veut aller plus loin que s’opposer à la sélection, mais au-delà c’est très flou. Peut-être certains cherchent à s’affronter au gouvernement et à la police, d’autres ont en tête le rôle de la classe ouvrière, mais ça reste flou.

 

Pour terminer, revenons à l’organisation politique des étudiants. Vous avez indiqué qu’il n’y a plus la même culture de groupuscules de gauche dans ces mouvements, mais quelles organisations existent-ils parmi les étudiants ?

 

D’abord, du côté syndical, il y a deux syndicats qui sont présents : l’UNEF [Union nationale des étudiants de France] et Solidaires Etudiants. Ces organisations sont très petites, surtout par rapport à Mai 68. Depuis une quinzaine d’années surtout, l’UNEF a perdu beaucoup d’adhérents. Le dernier mouvement où ils ont réussi à mobiliser une grande masse d’étudiants c’était en 2006. A l’époque, l’UNEF pouvait en appeler à ses adhérents et mettre des milliers de jeunes dans la rue. Le 10 avril 2018, seulement quelques centaines ont répondu à leur appel. Solidaires Etudiants aussi a perdu beaucoup d’influence, dû pour partie au fait qu’une partie des leurs militants ont été attirés par les milieux autonomes. Dans le mouvement, ce syndicat n’a pas vraiment de politique centrale.

 

Quant aux organisations d’extrême-gauche présentes dans les universités, il n’y en a pas beaucoup. Le Nouveau parti anticapitaliste est présent dans les universités à Paris et a joué un rôle non-négligeable dans le mouvement. A Tolbiac il y avait par exemple une quinzaine de militants du NPA. Le cas de La France insoumise est plus compliqué. Son emprise sur la jeunesse est très large, mais très superficielle. Beaucoup de jeunes ont voté pour Jean-Luc Mélenchon et certains ont même fait sa campagne. Mais la manière dont LFI entend organiser les jeunes fait qu’elle a une influences assez limitée sur le processus des mouvements. LFI ne cherche pas à créer des groupes structurés qui pèsent en tant que tels chez les militants à l’université. En tout cas pas encore. C’est un mouvement électoral avant tout. Ils sont présent dans l’UNEF — le Parti communiste et le mouvement de Benoît Hamon, Géneration.s, le sont aussi — mais ils n’ont pas beaucoup de militants. A Tolbiac ils n’étaient que cinq. Ils privilégient une stratégie d’« accompagnement » des mouvements. Le calcul de Mélenchon est de laisser les mouvements s’organiser et être dirigés par d’autres forces. Ils ne veulent pas prendre le risque d’être hués dans les assemblées générales en proposant des mesures « étiquetées » France insoumise. Ils préfèrent simplement être présents et visibles lors des manifestations. Leur objectif, c’est d’apparaître comme le débouché politique du mouvement. Ils savent que les militants vont largement voter pour eux et qu’ils seront perçus comme une force d’opposition au gouvernement. C’est à peu près ce que faisait le Parti socialiste il y a trente ans, même si le PS avait plus de moyens que LFI à cette époque d’organiser et de diriger des actions eux-mêmes.

 

 

Tags: , , , , , , ,

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *